vendredi 29 mai 2015

A te vouloir sans cesse

Le fond des choses
Une importance
Une incidence
Le pourquoi du propos
La raison d’être
Secrète
Le sujet clos
Scellé au cœur des mots
La question essentielle
Indemne
La part existentielle
Réelle
La teneur du moment
Avec ses conséquences
Je crois en toi
En moi
Je me défais des apparences
J’avance

mai 2015


jeudi 28 mai 2015

Ressemblance

Dans tes yeux
La liberté du vent
La mouvance du temps
Dans tes yeux
L’infini du moment
Un ciel clair
A perte de vue
Dans tes yeux
Des mots qui se bousculent
Et puis de longs silences
Dans tes yeux
Je vois mon apparence
Reflet dansant
Dans ton vaste océan
Parcourir la lagune
S’évader dans les dunes
Qui rejoignent le ciel
Quand le temps est au beau
Et que tout est permis
Dans tes yeux
Un appel à la vie
Une similitude
Avec ce que je suis

mai 2015


Je suis

Succomber au bonheur d’être en vie
Laisser faire et lâcher prise
S’étourdir à l’infini
Gagner en transparence
Dans un souffle de vent
Je suis fleur et graine à la fois
Je suis arbre
Dans l'invisible bruissement
Des feuilles qui chuchotent
Je suis lune et soleil
Je suis mer
Et me prolonge à l’horizon
Je suis parcelle
Minuscule parcelle
Dans le grand univers
Je suis l’infime
Qui se confond avec la terre


mai 2015




Floraison

Le printemps éclabousse 
En touches de couleurs
Le soleil est dans l’herbe
Avive les senteurs
S’allonger nez au vent
Respirer les odeurs
Des boutons d’or luisant
A la lumière du jour
S’arrêter un instant
S’imprégner de verdure
S’enivrer de douceur
Devenir la nature


mai 2015


Trouvaille

J’ai ressorti de mes tiroirs
Un souvenir à peine enfoui
Sous les lambeaux de la mémoire
Une impression dans le regard
Un sentiment encore présent
Etrange sensation
Et troublante vision
J’avance à pas compté
Dans le couloir de mes pensées
Je cherche à retrouver
L’odeur parfumée de l’été
Herbes folles dans le vent
Le temps défile sous mes yeux
J’ai ressorti de mes tiroirs
Des histoires en suspens
Des rendez-vous ratés
Des inconnus perdus
Des mots non prononcés
Des croyances naïves
Et des regrets tardifs
Mais j’ai trouvé surtout
Mille traces de toi
Et mon corps en émoi
Je me souviens très bien
De ta main sur ma peau
Ce jour là
Il avait fait très beau
Et le temps
Ce fichu temps qui file
Avait alors peu d’importance


mai 2015


J'attends

Mais là, je rêve…
Entre deux phrases suspendues
Je regarde tes lèvres
Elles racontent une attente
Improbable retour
C’était il y longtemps
Je me souviens surtout
Des instants de tourmente
Accrochés à tes jours
Lorsque les rêves
S’agitent en cauchemars
Maintenant
Je guette le meilleur
Celui qui est devant
Rien à faire de l’avant
Pour me réconcilier
Avec le temps présent
Je jongle avec les mots
Et je reconsidère
Ce qu’il me reste à faire
Il n’y a rien à perdre
Encore moins à gagner
Il y a juste à aimer
Continuer à rêver
Rêver jusqu’à l’envol
Les deux bras dans le vent
J’attends


mai 2015


mercredi 27 mai 2015

Libre danse

Aube certaine à travers le prisme des jours
Trouver l’élan pour aller au-devant
Occuper le terrain pour se sentir vivant
Fendre l’air dans une danse
Sans avoir à compter ses pas
Une course dans l’existence
Laquelle, je ne sais pas
Pour aller où, quelle importance
Et le geste apparaît
Gracile et volontaire
Avancer dans le temps
Mouvement
Respirer le présent
La vie est généreuse lorsque le corps s’y prête
Je suis comme le chat qui s’étire au soleil
Et je deviens nuage pour rejoindre le ciel


mai 2015


Terre

La terre comme une offrande
Dans le souffle du vent
Fragilité de l’éphémère
Le détail infini
A portée de la vie
Beauté du temps présent
Léger comme une plume
Le vert est tendre
Sous la graine volage
Le champ de blé
Ressemble à l’océan
Vagues mouvantes
A la surface
Un oiseau plane
Au-dessus des nuages
Variation de saison
Hymne au printemps
A chaque floraison
La terre respire
La terre palpite
La terre sent bon


mai 2015


Rencontre

A te lire chaque jour dans les signes du temps
J’apprends à composer pour savoir apprécier
Ces mots qui nous ressemblent
Dans les vers que j’assemble
Nos impressions se mêlent et nos idées s’emmêlent
Concordance émouvante de nos deux caractères
J’apprivoise l’instant qui nous réunira
Quelque part où nos corps sauront se reconnaître
Et j’attends patiemment que la rencontre advienne
Portée par le courant de nos désirs communs
Oui j’attends sagement que ce moment survienne
Quand il n’y aura plus rien à dire
Et que ton heure sera la mienne


mai 2016


mardi 26 mai 2015

Des mots

Des mots pour accomplir des actes bien pensés
Des mots pour embellir la parcelle d’idées
Qui fleurit aux beaux jours sous mon front empesé
Pour libérer enfin un vent de liberté
Des mots tout court, des mots d’amour...
Des mots pour vivre et pour vibrer
Pour respirer à pleins poumons
Inspiration
Des mots pour définir et des mots pour s’enfuir
Des mots pour s’alléger et des mots pour en rire


mai 2015

Après

Bien après le naufrage
Il y aura une plage
Un vrai terrain d’entente
La terre est en mouvance
Sur mes rêves en partance...
Bien après l’horizon
Il y aura ton nom
Inscrit dans le sillon
Du champs des espérances


mai 2015

Temps d'orage

Un champ de blé
Sous le ciel menaçant
Il ne manque plus
Que les sombres corbeaux
Présages inquiétants...
Aux ailes de charbon
Pour compléter à point
L’univers du tableau
Un champ de blé
Qui vit sous mes paupières
Exposé aux climats
De mon imaginaire
Je dessine à la craie
Le contour des nuages
Ils trimbalent alourdis
Toutes mes effusions
Toutes mes confusions
Je m’y perds quelquefois
Je m’y noie
Mais il y a toujours
Sur la toile changeante
Un bout du temps présent
Un morceau de ciel bleu
Une plage avenante
Une grève apaisante


mai 2015

La bonne entrée

J’arpente les couloirs secrets de la mémoire
Les murs ont la couleur d’un ciel d’été
Je traverse des pièces jonchées de souvenirs
Avant de découvrir au bout d’un corridor
L’inaccompli, le devenir...
D’un instant T à l’autre
Toutes les portes se ressemblent
Laquelle ouvrir sans se tromper


mai 2015


Cadran

L'heure n'a que l'importance du cadran
Son territoire et sa demeure
Le temps s'étire à volonté
Il suffit d'y penser
Quand la fleur s'ouvre au ralenti...
Sans dieu ni maître
Alors oui
Comme il est bon
De regarder la vie


mai 2015

Illusion

Illusion, illusion
Au gré de l'intrusion
Le bleu
Toujours le bleu
Présent...
Eloquent
Je ferai de tes yeux
Mon plus bel océan


mai 2015

La vérité des choses

La vérité des choses à laquelle s'oppose
L'illusion du moment
Croire en ce qui nous plaît
Regarder autrement
A la lumière diffuse...
De nos vrais sentiments
Le je, le tu se transforment en nous
Le jeu nous tente et on invente
Au fur et à mesure
Pas de censure ni faux semblants
La vérité des choses pour accorder nos mots
Cultiver l'harmonie au rythme de la prose
Je dis et tu disposes chacun de mes propos
Plus rien ne m'indispose

Je suis à nu et j'ose

mai 2015

 

Nudité

Effluves dispersées en rêves surannés
Passer le gué pour côtoyer l’éternité
Rien n’échappe à la vie
Sous l’écorce assombrie
Prélever le meilleur...
De la sève abondante
Laisser venir l’ivresse
Sous la douce caresse
D’une brise alanguie
Qui s’attarde ingénue
A déchiffrer les corps
Le plus simple appareil
Pour frôler l’évidence
Qu’y a t-il à cacher
Si ce n’est l’origine ?
Il suffit d’une main
Pour tenir le destin


mai 2015

Sans titre

Un passage entre deux eaux
Les mots comme un torrent de vérité
Les mots sans apparat. Nudité du moment. Les mots comme un appel. Un chant dans le silence
Quelque part la rencontre. Transition des saisons. Croisement et fusion
Flottement des possibles … pourquoi pas...
Bien sûr rien n’est acquis
Mais le vouloir peut tout sauver
Tout engendrer
Les bras sont doux comme un espoir


mai 2015

Clé des champs

Prendre la clé des champs
Un matin de printemps
Loin des rumeurs obsédantes
D'un quotidien trop bien huilé
Laisser aller ses rêves...
S'accorder une trêve
Dans le grand univers
Pour regarder le temps
Distiller le présent


mai 2015

dimanche 24 mai 2015

Incertitude

La nuit s’est épanchée sur la terre endormie 
Rose du ciel aux premières lueurs
Quelques rêves accrochés tout là-haut
Il fait beau
Etoiles en partance 
La lune traîne encore un peu
Avant de disparaître
Je goûte la saveur du jour
La rosée perle et brille
En mille éclats de verre
La vie scintille
Reflets d’argent
Sur la carte du temps
L’oiseau a fait son nid
Sur la poutre de bois
Le chat guette et attend
La couvée du printemps
Et moi je me demande
Entre deux envolées
Si un jour, un beau jour
Je te retrouverai


mai 2015


Du bon côté des choses...

Je guide mes sentiments sur des versants contraires
Pour trouver quelque part le goût de l’inconnu
Loin des sentiers battus
Des terres civilisées
Le temps s’exprime en mots
Et non plus d’heure en heure
Chaque rime décuple la durée du moment
Aujourd’hui rien ne presse
Je traîne et je paresse
Je parle et je digresse
Je joue et je caresse
Le bon côté des choses
Chaque vers élabore des possibles destins
Je ne retiens plus rien
Je laisse aller la vie là où elle me sourit
Embellie
Poésie de l’instant
Je découvre et je vis
J’aime passionnément
Le nuage accolé
Au bleu du paysage


mai 2015


Nuance

Je cueille la saison
Lui donne un autre aspect
Une autre dimension
L’été n’a pas de fin
Sur mes carnets repeints
Où j’amasse et j’entasse
La moindre des couleurs
J’exprime la saveur
Page après page
Je côtoie des rivages
Allume des horizons
Caresse des feuillages
Capte des sensations
Et chaque jour devient
Dans un jeu d’écriture
Entre fleur et papier
Une belle aventure


mai 2015


Vague

L’écume de ta peau sous mes doigts prolifère
La mer a l’élan de tes lames
Je m’y perds quelquefois
La saveur de tes larmes
Je m’y noie
Dans un grand désarroi
Et le sable ondule en dunes enchaînées
Sous le grain la chair
Sous la chair
Le meilleur de toi même
Enfin, je crois ...


mai 2015


Rien n'est écrit

Elle ou lui
Rien n’est écrit
Les mots s’envolent 
Avant le geste
Il imagine
Elle entame sa danse
Et son corps exposé
Traverse la lumière
Démesure du moment
Dans l’espace imposé
Il erre dans son sillage
Inconnu de passage
Elle en lui
Au creux même
De ses nuits sans sommeil
Quand l’âme se révèle
En deux corps réunis
Capturer l’éphémère
L’infime, le dérisoire
Se reconnaître enfin
Dans le même miroir
Reflets de ses mots
Sur les siens


mai 2015


Rêve

Rêve d’un soir sous un halo de lune
Le temps file et défile entre les doigts
Sur l’écheveau de notre vie
Lui donner la douceur de la soie
Et la couleur du ciel
Le temps s’enfuit à tire d’ailes
Brise légère à fleur de peau
Les nuages flottent dans le courant
Et ressemblent aux jours qui passent
Ainsi s’allonge le fil de l’existence
Dans une étrange danse


mai 2015


Eternel/absolu

J’ai remué ciel et terre pour retrouver mon ombre
Accrochée quelque part dans un puits de lumière
Le bleu m’éblouissait sur le bois parsemé
Des signes d’une histoire : la mienne
Cela valait la peine
Rouille du temps sur nos sarments tendus
Trouverai-je le pourquoi d’une affaire entendue ?
La mort pour l’éternel, la vie pour l’absolu


mai 2015


Début de soirée

Dans le soleil couchant, des nuées d’hirondelles
Dessinent à tire d’ailes les signes du printemps
Messagères des beaux jours, elles tournoient dans le ciel
Plumes légères et trilles volatiles
Elles s’accordent un moment avant de se poser
Sous les toits des greniers
M’évader avec elles dans la brise aérienne
Bercée par le courant et la beauté d’un chant
Offert et avenant
Devenir l’oiseau libre le temps d’une envolée
Une note de plus dans l’azur infini
Partition de la vie


mai 2015


Le corps à nu

Une ombre passagère dans l’instant accordé
Savoir démêler le vrai de l’irréalité
L’élan pris sur le vif dévoile sans montrer
Il faudrait pour cela déchiffrer la mouvance
Du jour qui s’accumule sur la vitre entrouverte
Un nuage passe
Dans le silence et dans un souffle
Le voile s’évapore
Le clair-obscur s’installe
Demi-teinte du geste
Vois-tu, le corps à nu
C’est tout ce qu’il me reste


mai 2015


J'apprends

J'apprends une autre mesure du temps
Je découvre un tempérament
Une tendance, une présence
Belle et charnelle
Espérée
Attendue
Dans le couloir sans fin
Des objets disparus


mai 2015


Bleu

Le bleu d’une façade baignée par le soleil 
Des fleurs sur la terrasse, couleurs à profusion
Des livres sur la table qui s’offrent au regard
Des carnets d'écriture, des notes à la marge
Une plume violette au milieu d’un chapitre
Un parfum de lavande partout dans la maison
Un crayon de fortune dans la veste accrochée
Et le blanc d’une écharpe sur la chaise posée
Ne rien dire, ne rien faire, simplement regarder
Sentir et ressentir, vibrer et respirer
Présence du poète un beau matin de mai
Le cycle de la vie peut enfin continuer


mai 2015


Sans titre

Tout juste à la naissance des choses
J’alimente ma prose
Dans le petit matin
J’abreuve mes pensées
De perles de rosée
Mes narines s’imprègnent
Des parfums du moment
Je saisis sans chercher
Le pourquoi du comment
La vie est transparente
Une belle évidence
Boire l’élixir jusqu’à la lie
Garder au bord des lèvres
La saveur de l’instant


mai 2015


samedi 23 mai 2015

Ainsi soit-il

Rien à redire
Rien à défaire
Rien à refaire
Tout m'appartient
Tout me convient
Le pire et le meilleur
Je suis ainsi
Je suis ici
Là où ailleurs
Ainsi soit-il
Quand la terre tourne en rond
Moi je lui fais faux bond

mai 2015


Orage

Un temps d’orage sur l’océan
Les âmes noires se soulèvent
Vent du large inquiétant
La colère des nuages
Fait bouillonner l’écume
Et réveille les peurs
Issues des profondeurs
Tempête en vue
Un mauvais rêve passe
Sur les sombres reflets
Attendre et espérer
Dans la folle tourmente
Le bleu clair d’un regard
Aux couleurs de l’azur
Que viendrait réchauffer
La douceur d’un soleil
Au moment intense
D'un douloureux réveil


mai 2015


Plage

Parasols insulaires
J'ai remué la terre
Et puis le sable
Jusqu'à l'enfer

mai 2015


L'odeur des mots

L’odeur des mots flottait encore dans l’atmosphère
Parfum suave de la chair
Caresser la nervure du moment
Trouver le pistil éloquent
Teinté d’or et de rose 
Fourmillements au bas des reins
Alimenter la cause
Je bute et je retiens
Un peu de ton parfum


mai 2015


Ici et maintenant

J’ai tracé mon regard jusqu’au bout de tes yeux
Nos lignes se croisaient tout en se répondant
De mot en écriture, c’était une aventure
Une belle épopée, une villégiature
Parenthèse légère sans avant ni après
Suspension dans le temps
J’étire le présent
Je t’écris un roman à lire dans l’instant
Des poèmes en cascade
Des rimes alanguies
Je t’écris mes pensées, ma douce intimité
Mon bonheur d’exister
Ma volonté d’aimer

mai 2015


Jardin d'Eden

Dans le jardin d’Eden
Les fleurs sont des bijoux 
Dont les reflets changeants
Aux notes cristallines
Caracolent et scintillent
A la lumière du jour
Un nouvel horizon
Se décline et se joue
Pour révéler enfin
Une autre partition
Dans le jardin d’Eden
Aux mille tentations
La vie parle et s’agite
En un froissement de feuilles
Frissons du temps comme un présent
La beauté à saisir
Le printemps à cueillir
En brassées de couleurs


mai 2015


Détail

L’existence tient à peu de choses
Perles de pluie à l’envers de ma prose
La vie au plus près du détail
La pluie a ses bienfaits
La larme ses méfaits
Je dis et je défaille
J’agis en transparence
Je retire mes défenses
Mon existence
Au beau milieu des mots
Un îlot
Je bois la goutte d’eau
Préférence
J’agis et je dispense
Mes plus beaux commentaires
Que reste-t-il à faire ?
Absorber l’éphémère

mai 2015


Devenir

Pensées élémentaires dans l’espace imparti
Réveil du corps et de l’esprit, volatile et serein
Nouveau matin à inventer
Sur la page blanche du ciel
Encore une heure à dessiner 
Sur le cadran de l’existence
Encore un jour à traverser
En quelques pas de danse
Légers, sans conséquence
Encore un vide à surmonter
Derrière les apparences
Le miroir est sans tain
Chargé des lendemains
Incertains
Le temps se joue de tout
Et varie les ambiances
Impose sa cadence
Le temps se fout de nous
Quelquefois nous devance
Fait pencher la balance
Le temps devient changeant
A travers les nuages
Tracer l’unique instant
Et puis tourner la page
Enfin
L’après n’est pas si loin

mai 2015