mardi 11 juillet 2017

A vif

Une émotion de trop 
Une entaille au contrat
Et le doute accompli
Dans une vérité
Qui flambe et m’éblouit
Jusqu’à me consumer
Il ne reste plus rien
Qu’un petit tas de cendres
Sur le bord d’un chemin
Où nous étions ensemble
Il ne me reste plus 
Que mes yeux pour pleurer
Mais je ne pleure pas
Puisque je le sentais
Depuis longtemps déjà
Dans ton col odorant
Elle était imprégnée
Je humais votre après
Dans la sueur collée
Au tissu mensonger
Et tout se mélangeait
Dans la vie, dans tes bras
Dans l’unique baiser
Qui nous réunissait
Maintenant que tu sais
Maintenant que je sais
Je voulais demander
Pourquoi m’as-tu trompée ?

juillet 2017



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire