lundi 18 février 2019

Depuis


Attirance mutuelle aux confins d’un séjour
Où le vent nous poussait
Irréversiblement
Je pense à toi depuis
Qu’une graine a germé dans un lieu insoluble
La puissance des mots devenait dérisoire

Revivrons-nous un jour ce détail évident? 
L’un vers l’autre aimanté
Nous faisions sans y croire
Un geste impondérable
Qu’on ne peut effacer

janvier 2019


Vague à l'âme


Je ne fixe aucun point. Dans l’infime mesure d’une respiration, mon regard a viré. Une image s’embue sous un ciel encombré de blanches fioritures.
De dehors à dedans, l’opacité des choses répand un subterfuge sur la vitre brouillée. En un geste furtif, j’essuie les jours qui passent. Au loin dans ma mémoire, une porte a claqué.
Du nord à l’infini, je suis ce qui n’est plus.
Debout sur la banquise, je te passe un témoin, celui d’un temps déchu.
Au fond de ma pupille, les années s’accumuleJnt
Je souffle sur ma vie et deviens illisible.

janvier 2019




Variation


Pourquoi aller là-bas ?
Là-bas c’est comme ici
Ici c’est comme en moi
Vertige des possibles
Proche et loin à la fois

Dans la fuite des heures
Je suis ce paysage
Aux lumières changeantes
Qu’on ne peut déserter
Sans y laisser de soi

janvier 2019


Frémissement


Du sommeil à la vie, il n’y avait qu’un rêve
Rester ou le franchir 
Pour m’éveiller au monde et sortir de l’oubli
Retrouver la parole 
Un semblant d’intention et quelque chose à dire
De mes yeux à l’aurore, il n’y avait qu’un pas
Dormir ou aller vers le soleil de midi ?
Souffle du temps présent, mon regard improvise
Beauté folle de l’arbre où se pose l’oiseau
Comment ne pas grandir et m’ouvrir au grand jour
Quand tout devient langage

janvier 2019


Rien de neuf


Frisson du temps qui passe sans tragédie existentielle. Je suis à la mesure de ce grain de poussière où s’immisce le jour tandis qu’un imprévu gribouille dans le ciel ce qui n’est plus à faire. 
Frisson d’un dérapage et moiteur vespérale. Une âme déambule au revers de mes doigts. Fragments bleutés, bris de lumière sous un jour dépourvu de toute circonstance. 

En cette aube éthérée, glisse-toi dans la brèche, promets-moi l’évasion.

Frisson arborescent jusqu’au bout des rameaux.
C’était comme un printemps. Avant le firmament et la parole sûre. Avant la floraison. Avant cette étincelle. Avant le geste mûr. Avant le mot qui dure. 
A tort et à foison.

Mon âme s’évapore sur un pan de l’hiver dont tu m’as revêtue.

Retiens-moi, s’il te plaît
Avant la mort qui use

janvier 2019


Cycle


Nous traversons les jours
Comme on va au jardin
Répondre à l’impuissance
Que nous avons créée
Défaire nos erreurs
Redresser l’imparfait
Aplanir et greffer
Le fruit de nos errances
Avec le cœur des gens
Et puis recommencer

janvier 2019


Renaissance


Entamer pour finir
Essuyer ce qui fut
Recommencer plus loin
Se remettre à grandir
Ailleurs et surtout là
Dans le creux éperdu d’une sente sauvage
Où nous avons vécu le désordre des blés
Le vol des papillons
La rosée virginale d’une aube scintillante

Qui suis-je sans l'amour qui me boit au matin
Comme si j’existais pour la première fois ?

janvier 2019